Evaluation etat infirmier depuis le PC mobile

Evaluation de létat d'un intervenant infirmier depuis le PC mobile (vue surtout du point de vue du Commandant des Opérations de Secours (COS) dans le PC mobile)
Cet infirmier est relié par radio avec Chef pompier au PC mobile et lassiste à distance sur son opération. Cet infirmier porte un vêtement de protection intelligent comportant des capteurs (notamment de température, de pulsation cardiaque) dont les valeurs sont transmises chaque 10 secondes au PC mobile. Ces paramètres s'affichent sur un écran du PC mobile pour renseigner le COS (chef pompier) et les personnels présents dans le PC mobile sur létat de cet infirmier. Ce tableau de bord comportant également les images envoyées par le robot, le tracé du plan du local (complété progressivement par le robot) lévolution dautres mesures, notamment du nouveau de contamination de la pièce, etc.
-
-
-
-
-
- - - - - - (Emplacement réservé pour une image)
-
-
Dans la conception initiale du système de vêtement intelligent, un algorithme a été prévu et implémenté dans le logiciel du tableau de bord. A partir des valeurs envoyées par les capteurs du vêtement, cet algorithme déduit de façon standard un « niveau de stress » du porteur des vêtements. A partir de certaines valeurs de niveau de stress, une alerte est déclenchée au PC mobile , par un message en surbrillance clignotant sur sur le tableau de bord, afin de prévenir le COS du dépassement de cette valeur et lui suggérer de faire revenir, et si cest possible relever lintervenant. Sur le tableau de bord, le COS peut décider de cliquer sur l'icone de l'infirmier afin de zoomer sur les valeurs précises des capteurs du vêtement intelligent constitutives de cette alerte. Le COS peut aussi discuter avec l'infirmier en opération.
On se trouve alors, après 3mn, alors que linfirmier est loin davoir terminé sa tâche, dans la situation lalgorithme qui calcule un niveau de stress excessif, déclenche déjà une première alerte : « niveau de stress excessif pour le porteur ». A noter que cette alerte est construite par un calcul sur plusieurs valeurs (qui si on veut savoir le détail du calcul sont explicitement consultables sur linterface du tableau de bord )
Lurgentiste de son côté doit se concentrer sur sa tâche et ne dispose pas dune visualisation des valeurs des capteurs de son vêtement intelligent (ni des valeurs des autres capteurs) dont la consultation linterromprait trop souvent. Lalerte ne lui est pas non plus relayée. Il dispose en revanche dautres informations notamment visuelles (sur létat de la salle, sur létat du blessé, de son environnement, sur son propre état…). Cependant ladrénaline et dautres facteurs peuvent fausser ce jugement, aussi le COS va chercher à dialoguer alors par radio avec linfirmier pour diagnostiquer plus précisément le risque et le type de stress , de fatigue ou autre malaise quil peut éprouver.
Le COS peut choisir dans ce dialogue de communiquer à l'infirmier, de façon détaillée ou synthétique lévolution des valeurs mesurées le concernant, lui donner son interprétation, lui demander la sienne en retour, lui poser des questions complémentaires. A son tour linfirmier pose des questions sur les données, complèter avec ses appréciations qualitatives, argumente. Dans le PC mobile, il peut y avoir en parallèle discussion (entre le COS et les autres intervenants présents) sur linterprétation à donner aux valeurs provenant du vêtement intelligent. En les croisant les informations que vient de recueillir oralement le COS.
Une question en controverse est la durée maximale que linfirmier peut consacrer à sa mission, avec un risque admissible, en restant dans la salle de laccident. On sait par des études préalables que cette durée maximale vu la croissance rapide du stress dans ces conditions, ne doit pas a priori excéder une dizaine de minutes. Suite à lalerte et à cette première discussion le COS peut lui demander dinterrompre sa mission et de quitter la salle. Linfirmier peut répondre répond quil ressent fortement le stress mais quil peut tenir encore pour continuer sa tâche.
De fait linfirmier est habitué à apprécier ses propres limites, cest lui en dernière instance qui forge son propre jugement sur sa capacité à continuer (indépendemment des « décisions » recommandées par le logiciel à partir des valeurs des capteurs) et décide dinterrompre ou non pas mission.
La teneur des interactions COS-infirmier qui viennent davoir lieu vient compléter, mais se trouve aussi dans une certaine contradiction avec les données des capteurs, traitées par lalgorithme préétabli du vêtement intelligent. Comment aider (méthode, outils, formation…) à traiter cette difficulté ?
De plus la question de 1) létat de linfirmier à linstant t nest pas indépendante de deux autres éléments tout aussi importants: 2) létat du blessé (une autre question en controverse est liée à létat du blessé) sur lequel linfirmier garde pour priorités de collecter et continuer à faire remonter des données, et dentreprendre de premières actions. Et 3) létat de la relation et de lengagement daction entre linfirmier et le blessénotamment si linfirmier a engagé une action clinique ou psychologique qui ne peut facilement être interrompue (réconfort, point de compression…) et la stimulation professionnelle, personnelle affective, etc., qui de plus peuvent éventuellement être gonflées par les possibilités entrevues de sauver la victime (ou au contraire, lappréciation que la situation est désespérée), tout cela étant indissociable de laction en train de se faire. Avant de décider dimposer ou non de faire sortir linfirmier, le COS dans le PC de crise doit être attentifs aux trois composantes (en confrontant des informations pertinentes): létat du soigné, celui du soignant, et celui de leur interactions et actions en cours.